Boutique 13 Rue de Courtonne 14000 Caen | ouvert de 10h à 19h | du mardi au samedi

Boutique 13 Rue de Courtonne 14000 Caen

ouvert du mardi au jeudi 10h-12h/14h-19h – vendredi et samedi 10h-19h

MILITARIA FRANCAIS

Vente d’objet militaria Français ww2 ou ww1 à Caen en Normandie.

Dans cette partie, vous verrez de nombreux objets de collection militaria Français principalement de la première et seconde guerre mondiale. Il y en a pour tous les collectionneurs, pour tous les budgets.

Au cours de la Première Guerre mondiale, la Triple-Entente est l’alliance militaire qui se compose de la France, du Royaume-Uni et de la Russie impériale aussi appelés les Alliés s’opposent lors de ce conflit à ceux de la Triplice ou Empires Centraux avec les principaux belligérants tel que l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et l’Italie. Le 28 juillet 1914 qui marque le début du conflit principalement Européen appelé aussi la Grande Guerre, l’Armée française compte 880 000 soldats sous les drapeaux puis le gouvernement décrète la mobilisation générale du 2 au 18 août 1914, 2 900 000 hommes supplémentaires sont donc mobilisés pendant le mois d’août. Au début de la guerre, l’Armée française, porte encore l’uniforme de la guerre franco-prussienne de 1870 de couleurs vives. Il est alors remplacé dès 1915 par l’uniforme couleur bleu-horizon moins visible et le casque Adrian est adopté en remplacement du képi. Le fusil standard de l’armée Française est le Lebel modèle 1886 utilisé pendant toute la guerre. Le 4 août 1914 l’Allemagne envahit la Belgique et le Luxembourg, les troupes Française se dirigent donc à la frontière de ces pays pour défendre les intérêts de la France où commence les premiers combats important. Les Britanniques arrivent en renfort mais les Alliés reculent face aux pertes trop importantes, le général Joffre commandant en chef des armées Française organise le renforcement de ses troupes vers l’ouest pour éviter le débordement. Après plusieurs jours les Allemands reculent et le 12 septembre 1914 la bataille de la Marne est remportée, stoppant l’invasion de la France et de la Belgique, mais la guerre de manœuvres laissa la place à la guerre de tranchées. Les nations opposées lancent des offensives meurtrières pour seulement quelques kilomètres de gagnés comme dans la bataille de Verdun ou la bataille de la Somme qui durent des mois et restent au point mort pour la perte de centaine de milliers de morts. C’est en Novembre 1917 qu’intervient le premier engagement de troupes américaines qui renforceront aux fils des mois leur implication en hommes, matériels et aides alimentaire qui fut décisif jusqu’à l’armistice du 11 novembre 1918, à la demande de l’Allemagne, qui met fin à la première guerre mondiale.

L’histoire de la France pendant la Seconde Guerre mondiale commence à son entrée dans le second conflit mondial le 3 septembre 1939, deux jours après son déclenchement par l’attaque de la Pologne par l’Allemagne nazie. Les origines de ce nouveau conflit sont directement liées à la fin de la guerre précédente et par les ambitions expansionnistes des trois principales nations de l’Axe (le Troisième Reich Allemand, l’Italie fasciste et l’Empire du Japon). Les Allemands vaincus en 1918 ont dû signer le traité de Versailles qui est très dur et humiliant pour l’Allemagne, à l’arrivé au pouvoir en 1933 de Adolphe Hitler, il met fin en janvier 1937 à ces restrictions et fait de la France une cible prioritaire à fin de vengeance de cette défaite. A partir du 10 mai 1940 Hitler est en train de conquérir l’Europe, il mène à bien l’invasion foudroyante des Pays-Bas, du Luxembourg, de la Belgique et de la France, on parle de Blitzkrieg (« guerre éclair »). L’armée française et les troupes franco-britanniques, sous commandement français, ne prennent aucune initiative militaire et ne mènent aucune opération offensive pendant plusieurs mois, restant retranchées derrière la ligne Maginot. La défaite aboutit le 22 juin 1940  à un armistice avec l’Allemagne à Rethondes qui met fin à la bataille de France aussi appelé la « drôle de guerre » et le 24 juin 1940 avec l’Italie signé à la villa Incisa prés de Rome. Le territoire national est coupé en deux, la zone nord, dite «zone occupée» est administrée par la Wehrmacht, tandis que la zone sud, dite «zone libre» reste sous contrôle de l’État français qui a été déplacé le 2 juillet 1940 à Vichy. Tandis que le Maréchal Pétain est tout juste nommé chef du gouvernement et demande l’armistice, Charles de Gaulle, nommé le 5 juin dans le gouvernement Reynaud, rallie Londres le jour même et proclame le lendemain dans son « appel du 18 juin » son refus de l’armistice et appelle à continuer le combat aux côtés du Royaume-Uni, c’est la naissance de la France libre. Début 1942 est un tournant de la guerre par l’attaque de Pearl Harbor par les Japonais provoquant l’entrée en guerre des Etats Unis qui mettent toute leur puissance industrielle au service de la guerre et sont bientôt en mesure de porter des coups. De même,en novembre 1942, les Alliés principalement les Anglais, Américains et Canadiens débarquent en Afrique du nord et rejoignent l’armée d’Afrique Française composée d’indigènes et d’Européens placée sous le commandement du général Giraud qui remportent des victoires sur les troupes Allemandes (l’Afrika korps). La zone libre fût envahie le 11 novembre 1942 (opération Anton) par les Allemands et les Italiens à la suite du débarquement allié en Afrique du Nord. Les Italiens occupèrent alors l’Est du Rhône ainsi que la Corse, violant l’accord passé avec le maréchal Pétain lors de l’armistice du 24 juin 1940. Le général Giraud prend l’initiative de libérer la Corse, opération militaire qui dura du 8 septembre au 4 octobre 1943 avec l’aide des Résistants Corses, une fois libérée, l’île devient alors une base d’aviation pour les Alliés, facilitant la libération de l’Italie.

A l’aube du 6 juin 1944, annoncé comme Jour J (D-Day) l’opération Neptune commence avec plus de 4000 navires qui traversent la Manche pour le plus grand débarquement de l’histoire sur les plages de Normandie en France occupée. Celui-ci vise à créer une tête de pont alliée de grande échelle dans le nord-ouest de l’Europe sous le nom d’opération Overlord. Les premières troupes françaises à participer à la bataille de Normandie sont le Commando Kieffer débarquant sur la plage Sword Beach aux cotés des Anglais. Plus tard, la 2ème Division blindée du Général Français Leclerc, a débarqué le 1er août 1944, au sein du dispositif américain et participe aussi à la bataille de Normandie puis libéra Paris fin août. Cependant, les forces armées françaises vont avoir un rôle plus actif dans la libération de la France continentale avec le débarquement de Provence le 15 août 1944, la progression est rapide et inattendue tant elle contraste avec les piétinements en Normandie les mois précédents. La libération de Paris effectuée, les troupes françaises font leur jonction à l’Est, en septembre 1944. Strasbourg et l’essentiel de l’Alsace-Lorraine sont libérés fin novembre. Les troupes françaises se tiennent dès lors en face du Rhin, prêtes à envahir l’Allemagne en même temps que les autres Alliés qui se termina par la reddition de L’Allemagne Nazie le 8 mai 1945.